Frédéric Hébert - Psychologue à Caen

Le cerveau en quelques chiffres

Axone thérapie

Notre cerveau en quelques chiffres :

En simultané

On parle de 4 à 7 pensées conscientes contre 10 à 15 milles inconscientes.

11 millions d’unités d’informations perçues simultanément (nos sentiments et ceux de notre entourage, l’heure actuelle, les odeurs et bruits ambiants, positions des objects, leurs orientations, couleurs, textures, notre position dans l’espace).

15 milliards de neurones peuvent se connecter simultanément dans notre cortex cérébral en quelques millisecondes.

A l'échelle de la seconde …

200 000 informations inconsciemment traitées chaque seconde contre 40 consciemment analysées. Pour les cybernéticiens, nous parlerons de 400 milliards de bits d’infos afférentes subconscientes  traitées automatiquement à chaque seconde, que notre système réticulé activateur ascendant (ou SAR : Système d’activation réticulaire) trie (selon des critères de survie, d’incongruité ou nouveauté, et selon la charge émotive liée à certains stimuli – et que l’on peut donc programmer par un travail de visualisation), pour ne laisser porter à notre attention que  2000 bits d’information consciente.

 

Le SAR filtre les entrées sensorielles et somesthésiques. La bonne nouvelle est qu’il se programme. La fameuse Loi d’Attraction trouve une explication possible dans les neurosciences.

A l'échelle de la journée ...

95% de nos  comportements quotidiens sont automatiques, notre volonté tient les rênes environ 5% du temps. Alors si elle contribue, tout miser dessus est un pari risqué. Les techniques d’intervention thérapeutique permettent d’adapter nos conduites automatiques pour la mise en place de changements sans effort (mais avec de l’engagement, des décisions, de l’action).

Environ 67 000 pensées par jour dont 10% sous forme de questions.

98% des pensées d’aujourd’hui seront identiques à celles de la veille.

De combien avons-nous conscience ?

Quelques chiffres complémentaires sur les neurones (CERI, 2007) :

Sens de l’information

  • environ 90 milliards de neurones dans le cerveau humain (on irait plutôt vers 87 milliards avec les calculs selon de nouveaux modèles mathématiques plus récents).
  • de 1 à plus de 100 000 synapses par neurone
  • en moyenne 7 000 dendrites par neurone
  • 1 axone par neurone
  • entre 1 000 et 10 000 connexions entre neurones
  • Le spike est l’impulsion de courant électrique se propageant dans l’axone d’un neurone. Helmholtz la mesura à environ 100 m/s (1/3 de la vitesse du son dans l’air). Des spikes sont néanmoins émis au repos pour garder les neurones en alerte. Le rythme est lent et irrégulier (1 à 5 Hz) et les travaux récents nous montrent que, loin d’être « en dormance » et simplement réactif aux stimuli entrants, le cerveau , avec cette activité intrinsèque, est en mode prédictif , construisant des hypothèses sur ce qui va suivre. (Cf Demis Hassabis, vice-président chez Google DeepMindlors d’un forum intitulé « Is the Brain a Predictive Machine ? » avec la participation de l’influent neuroscientifique Karl Friston en janvier 2015).
  • Lorsque le neurone est excité par de nombreux signaux arrivant par ses dendrites, le rythme s’accélère et passe à 50-100 Hz et peut même atteindre brièvement 500 Hz (voire 1000hz).
  • Pour le cerveau entier, cent millions de milliards de signaux par seconde

et déjà tout petit :

  • près de 250 000 neurones formés toutes les minutes pendant les 4
    premiers mois de gestation
  • Entre 20 et 30 % des connexions sont faites à la naissance

Un cerveau dans tous les sens

5 Sens …? Vraiment … ?

5 … 9 … sens ou plus chez l’être humain ?

  • Nos classiques 5 sens orientés vers le décryptage de l’environnement extérieur :  vue, audition, toucher, goût, odorat,…
  • mais aussi 4 autres sens orientés vers une attention centripète :
    La « thermoception », la « nociception » ou perception de la douleur, l’« équilibrioception » ou sens de l’équilibre, la « proprioception » ou sens kinesthésique (perception musculo-tendineuse et viscérale)…
  • La somesthésie quant à elle, désigne de façon plus globale, un ensemble de différentes sensations (pression, chaleur, douleur…) qui proviennent de plusieurs régions du corps (peau, tendons, articulations, viscères…). Ces sensations sont élaborées à partir des informations fournies par de nombreux récepteurs sensitifs du système somatosensoriel, situés dans les tissus de l’organisme (mécanorécepteurs du derme et des viscères, fuseaux neuromusculaires des muscles, fuseaux neurotendineux des tendons, plexus de la racine des poils…).

Visualiser n’est pas nécessairement voir mais…

50% de notre cerveau est impliqué dans le traitement relatif à l’information visuelle, et pourtant notre vision est de bonne qualité que sur 1 dégré parmi les 180° de notre champ visuel. En revanche, les sens prioritaires sont ceux de l’équilibre et du toucher en cas de stimulations simultanées.

Un cerveau en interaction constante (selon la PNL)

Quelques autres sens, plus « exotiques » mais bien étudiés désormais dont :

La perception des champs magnétiques et auras sous différentes modalités (magnétophosphènes, etc.),

Tout le monde est sensible, mais de façon variable, au magnétisme. Cette petite vidéo vous montre une illustration d’hypno-magnétisme avec la complicité de ma consoeur, Valérie François de Ver/Mer. Merci Valérie de t’être prêtée à cet exercice à visée didactique. Vous nous excuserez pour la qualité du son.

Ou encore ...

Les perceptions extra-sensorielles  et phénomènes de décorporation(s’affranchissant ainsi du temps ou de l’espace) à l’étude par de nombreux neuroscientifiques internationaux reconnus dont ceux de Genève avec la Fondation ISSNOE.

La thérapie au carrefour des disciplines et pratiques…

Nous n’élargirons pas ici , car sortantes du cadre thérapeutique, les théories séduisantes où sciences et spiritualité se réconcilient. Entre la théorie de l’information intégrée (TII), le taux vibratoire (PHI), et l’approche quantique, retenons simplement que nos modèles de l’accompagnement sont constamment et joyeusement bousculés, de plus en plus vite, et par des disciplines qui débordent largement des paradigmes de la psychologie (théories thermodynamiques, économiques, modèles mathématiques, approches neuroscientifiques, etc). Sans « théosopher » de façon caricaturale, il appartient aux professionnels de l’accompagnement de rester ouverts, curieux et créatifs.